Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > GUIDE DU 20e > Patrimoine > Balades dans le 20e > Le 20e contemporain
 

Le 20e contemporain

Vaisseaux d'aciers, formes modernes et audacieuses...Nous vous invitons à un voyage architectural dans le futur.

Coincée entre un imposant immeuble et une maison faubourienne, elle ne passe pas inaperçue, cette habitation tout de fer, de tôle et de verre vêtue. Réalisée en 1989 par l'architecte Christophe Lab, la maison du 42, rue de l'Ermitage pose un regard sur deux époques : celle, révolue, de l'ère industrielle triomphante, et une autre, remplie de promesses et d'interrogations, le XXIe siècle. Au-delà d'une esthétique tout à fait originale, saluons l'ingéniosité de l'architecte qui a su utiliser de façon optimale un espace étroit en divisant sa construction sur quatre niveaux.

Au 100, boulevard de Belleville, siègent l'imposant et le monumental : un bâtiment de cinq étages relié à une petite tour carrossée comme une voiture moderne, deux passerelles transparentes, de nouveau un immeuble de pierre... Oeuvre de Frédéric Borel, cet ensemble de logements sociaux, fait de pierre, de métal, de verre et d'acier, se veut une véritable sculpture ouverte sur la ville.

Longtemps négligé, le bois pourrait bien devenir le matériau de demain : nombre de réalisations récentes l'ont réhabilité, comme cet immeuble de logement, situé au 3, passage de la Duée. Réalisé en 1995 par Philippe Madec, il détonne dans un paysage urbain trop souvent gris et bétonné. Autre originalité : sa façade, ornée aux pieds d'une farandole de personnages blancs peints par l'artiste Mesnager, dont l'atelier est situé dans la rue de la Duée.


Passage de la Duée

À l'évidence, l'architecte Christophe Lab parle le langage de la modernité. Un an après avoir réalisé la maison du 42, rue de l'Ermitage, il récidive avec l'habitation du 26, rue des Rondeaux. Entièrement recouverte de feuilles de métal, toute en lignes géométriques asymétriques et décrochées, elle détonne franchement dans son environnement.


26, rue des Rondeaux

 

Terminons ce voyage par ce qui est sans doute la construction la plus originale que l'arrondissement (voire la capitale) nous donne à voir : l'immeuble de logements sociaux du 131, rue Pelleport, réalisé par Frédéric Borel. Une façade, rue des Pavillons, aux lignes de bétons qui se rejoignent dans les hauteurs et aux échelles de fenêtres qui laissent largement entrer la lumière. Une autre, rue Pelleport, comme une muraille trouée de meurtrières. Étonnant, déroutant, l'ensemble architectural se laisse apprivoiser à petit pas et avant de livrer son incontestable beauté.

Poussez les bonnes portes et découvrez des havres de verdures nichés au milieu des bruits de la ville. Partez également à la rencontre de la vie artistique particulièrement riche du quartier.