Ville de Paris

Actualité

Avec « EUX, C’est NOUS ! » de Kó, l’art urbain s’expose dans le 20e

Mise à jour le 11/04/2022
« EUX, C’est NOUS ! », c’est une exposition de l’artiste pochoiriste Kó a admiré dans les rues du 20e arrondissement.

« EUX, C’est NOUS ! », qu’est-ce que c’est ?

Projet « EUX, C’est NOUS ! » : retrouver les œuvres
Mairie du 20e

Un projet à 3 voix, avec Kó, Ken Wong-Youk-Hong et Abd Al Malik

Des portraits photographiques de Ken Wong-Youk-Hong qui inspirent des pochoirs de , dont le QR code vous guide vers le film d’animation « Radio KÓ », un lieu virtuel dans la ville, un espace où sont diffusé des poèmes, des slams, etc… qui enrichissent le projet « EUX » d’autres regards d’artistes. Pour l’instant, le texte « EUX » d’Abd Al Malik y est présenté. Mais veut que d’autres artistes interviennent pour y déclamer mots et poésie.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Cette vidéo est hébergée par youtube.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Les comptes instagram des artistes :

Pourquoi le projet « EUX » ?

veut fêter la différence, la diversité, la richesse de cette France plurielle.
Les grands principes républicains comme des idéaux vers lesquels il faut poindre, ne suffisent plus à créer un corps social uni, heureux, créatif. La complexité de la société humaine nous oblige à cultiver la nuance, la force de sa diversité, le désir, le respect, la liberté et la quête d’ « une vérité… trop souvent fuyante » pour reprendre les mots d’Albert Camus.

Aujourd’hui, le repli sur soi-même, la recherche du bouc émissaire, sont les oripeaux des fossoyeurs de notre société, de notre culture. On se regarde, on se pointe du doigt.
Dans ce contexte, comment fédérer une société autour d’un nouveau grand projet de vie.

Comment est né le projet « EUX » ?

Sa rencontre du texte « EUX » (texte de l’ode poétique d’Abd Al Malik « Le jeune noir à l’épée ») l’a profondément touché et est la source de ce projet.
Pour , il n’y a pas de constat plus juste et actuel que ce slam d’Abd Al Malik. Une gifle « micro » et « macro » de notre société, un tsunami poétique et engagé qui devrait être entendu avant de remplir son devoir d’électeur aux prochaines élections présidentielles.
Ces mots poétiques et engagés l’ont ensuite guidé vers les images sensibles d’un capteur d’âmes : Ken Wong-Youk-Hong. Un photographe-portraitiste qui sillonne les rues des villes, pour saisir chaque instant qui rend à l’homme son humanité.
De l’humanisme des mots d’Abd Al Malik à l’humanisme des images de Ken Wong-Youk-Hong, il lui a été évident de réunir ces œuvres inspirantes sous une autre forme artistique. Celle du pochoir, associé à un QR code qui renvoie au texte « EUX », et à d’autres regards d’artiste. Avec le désir d’inviter à regarder la beauté des Hommes à être différent.
Et cela, afin d’enrichir nos vies de leur humanité.

Qui est Kó (avec un accent sur le « O »), le pochoiriste à l’origine du projet « EUX, C’est NOUS ! » ?

Ce sont les événements de la pandémie et le poème « En un rêve j’ai rêvé » de Walt Whitman qui ont décidé à poser ses pochoirs dans la rue. Jusqu’à présent, il gardait ses pochoirs et dessins pour lui et ses proches. Ou en appui de son travail dans l’image, en tant que réalisateur. De nombreux carnets ont été noircis de visages, de regards en attendant qu’il développe sa technique de pochoiriste. Aujourd’hui, un visage est un voyage dessiné, un rituel au découpage, une intention « pochée » dans la rue. Un acte profond d’amour pour l’Autre.
Les élections américaines, et son intérêt pour les Lakotas, leur culture, et l’histoire des coureurs des bois français, l’ont accompagné dans ses premières productions artistiques.
C’est ainsi qu’il a composé une série à Ivry-Sur-Seine qu’il appellera « America First Fucking ». Un voyage d’intention qui s’appuie sur les photographies de l’incroyable « attrapeur d’ombres », Edward Sheriff Curtis. Une série qui rappelle les fondements tragiques des États-Unis, par les portraits d’Indiens du XIXe siècle, et la représentation du pouvoir WASP américain du XXIe siècle, incarné par Donald Trump.
est un pochoiriste qui veut interpeller, et pourquoi pas, bousculer. Et cela sans violence, en mêlant la musique, la poésie, le pochoir, et l’animation. Il veut proposer des œuvres dynamiques, qui ne sont pas uniquement des œuvres figées sur une armoire à feux ou un mur. Et pour cela, la grande majorité de ses pochoirs est accompagnée d’un QR code. Il propose un univers qui a plusieurs entrées.
Actuellement, est déjà en train de réfléchir à un nouveau projet sur la guerre en Bosnie-Herzégovine, plus particulièrement sur Sarajevo, en réunissant différents types de témoignages associés à ses pochoirs.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations