Ouvrir la recherche
Actualité

Le rire des amants, une épopée afghane - Pavillon Carré de Baudouin

Mise à jour le 12/01/2022
En ce début d’année 2022, la mairie du 20e arrondissement souhaite apporter son soutien au peuple afghan et à ses artistes à travers une exposition collective exceptionnelle : le Rire des Amants, une épopée afghane. Du 21 janvier au 2 avril au Pavillon Carré de Baudouin, les commissaires de l'exposition Rachel Deghati et Pierre Bongiovanni vous proposent de découvrir les univers de 6 artistes contemporains qui tentent de surmonter la douleur infligée à leur « liberté d’être ».
Infos pratiques
📅 du 21 janvier au 2 avril
📍 Pavillon Carré de Baudouin, 121 rue de Ménilmontant
⚠️ Entrée gratuite sous réserve du pass sanitaire et des gestes barrières

Le Rire des Amants, une épopée afghane : un message universel et intemporel

En 1991, 30 ans avant le retour des talibans à Kaboul, Le Rire des Amants de Sayd Bahodine Majrouh, le grand poète afghan du 20e siècle, était publié. Ce texte, embléma­tique, célèbre la force de l’amitié et de l’amour pour combattre la tyrannie. Ce message universel et intemporel constitue la colonne vertébrale de cette exposition.
Les œuvres exposées résonnent avec le texte Le rire des amants de Sayd Bahodine Majrouh et entraînent le visiteur, qu’il soit d’ici ou d’ailleurs, dans une épopée lumineuse.
L’exposition le Rire des Amants, une épopée afghane, proposée par Rachel Deghati et Pierre Bongiovanni,
contribue à ce combat de la vie pour la vie. Femmes et hommes, poètes, écrivains, auteures, artistes, photographes sont des combattantes et des combattants. Leur vulnérabi­lité est immense, mais toutes et tous sont invincibles parce qu’ils incarnent, à tout jamais, la beauté des fleurs et le rire des amants.
Les commissaires de l'exposition
Rachel Deghati est auteure, cofondatrice et responsable de l’agence Webistan principalement dédiée à la production d’expositions, de publications et documentaires du photographe Reza.

Pierre Bongiovanni, est auteur et directeur artistique du centre d’art la Maison Laurentine.

Le Rire des Amants, une épopée afghane, une exposition chargée d’espoir

Le Rire des Amants, une épopée afghane, ce sont 6 femmes et hommes de talent qui nous proposent d’entrer en résistance en faisant rayonner au Pavillon Carré de Baudouin la puissance de la création face à la violence rémanente.
À travers l’exposition et les rencontres, les visiteurs sont invités à revenir sur une partie de l’histoire de l’Afghanistan et à tenter de saisir le vécu du peuple afghan qui alterne entre résignation, survie, doute, espoir…
Rachel Deghati et Pierre Bongiovanni propose aux visiteurs de l'exposition d'explorer les univers de ces 6 artistes :
Certains de ces artistes vivent l’exil depuis déjà longtemps, d’autres viennent juste d’être exfiltrés d’Afghanistan et se cherchent chez nous un nouveau souffle. Leurs images, fidèles à la complexité de la réalité afghane, ont été réalisées dans des contextes différents, entre 1983 et 2021.
Pour de nombreuses Afghanes et de nombreux Afghans, devenu·e·s emprisonné·e·s dans leur propre pays, le temps présent ressemble aux heures plus noires de notre propre Moyen Âge.

L’amère rosée de Roya Heydari

Roya Heydari
Roya Heydari
Roya Heydari est une photographe et vidéaste afghane de 27 ans. Née en exil, elle retourne en Afghanistan à 10 ans. Elle voulait suivre des études en sciences politiques avant de reconnaître dans les arts visuels, un moyen de montrer la réalité de son pays. Elle cherche à partager un regard neuf sur l’Afghanistan et à témoigner des actions d’ONG sur le terrain. Elle a été exfiltrée en France en 2021 à l’arrivée des talibans.
Œuvre de Roya Heydari
Roya Heydari

L’audace de la beauté de Fatimah Hossaini

Fatimah Hossaini
Fatimah Hossaini
Fatimah Hossaini est une artiste afghane née à Téhéran, en Iran, photographe, exposante et fondatrice de l’organisation Mastooraat. Diplômée en photographie et génie industriel, elle a enseigné à la faculté d’art de l’Université de Kaboul a défendu les droits des femmes et des réfugiés par ses actions.
Elle raconte par la photographie des histoires puissantes d’identité et de féminité mises en scène en Afghanistan. Son travail a été présenté dans des expositions et des festivals d’art dans le monde. Elle est publiée par la presse internationale.
Œuvre de Fatimah Hossaini
Fatimah Hossaini

La couleur pour survivre de Roshanak

Roshanak
Roshanak
Roshanak est photographe et peintre. Née à Téhéran, elle vit en France depuis 1991. Le courage des femmes face aux difficultés de la vie est au coeur de son travail d’artiste.
En 2001, dans un pays libéré des talibans, elle s’installe en Afghanistan. Elle lance Parvaz un magazine pour enfants au sein de l’association Aina et développe une approche artistique inédite, empreinte de poésie et d’espoir, qui souligne la détermination des Afghanes à participer à la reconstruction de leur pays.
Ses photographies noir et blanc, peintes à la main, s’animent de couleurs vives, éblouissantes, par petites touches. Scènes d’intérieurs, traditions, famille, bonheurs et chagrins… Une mosaïque d’instants uniques saisis au vif, métaphore subtile de la condition de ces femmes qui surgissent des ténèbres pour redécouvrir peu à peu les couleurs de la vie.
Œuvre de Roshanak
Roshanak

Terres sombres de Naseer Turkmani

Naseer Turkmani
Naseer Turkmani
Photographe afghan. Naseer Turkmani a commencé la photographie lorsqu’il était étudiant à Quetta, au Pakistan. Depuis, il documente le quotidien des gens qui l’entourent.
Après avoir obtenu son diplôme, il revient dans son pays d’origine, l’Afghanistan, où il rejoint le 3rd Eye Photojournalism Center (Cheshm-e Sevum) à Kaboul en 2010.
En 2012, il participe à une Master class pour la photographie dispensée par Jan Grarup, membre de Noor Images. Il est membre de l’Association des photographes afghans. Il est contraint à l’exil en France fin août 2021. Il porte un regard intimiste et plein de poésie en noir et blanc sur son pays.
Œuvre de Naseer Turkmani
Naseer Turkmani

Wrong place? de Massoud Hossaini

Massoud Hossaini
Jakob van Vliet
Photojournaliste afghan né à Kaboul, Massoud Hossaini est formé à la photographie au sein de l’association Aina en Afghanistan. Il travaille pour l’Agence France-Presse depuis 2007.
Le 6 décembre 2011 à Kaboul, il photographie une scène d’attentat qui fait 80 morts et au cours de laquelle il est lui-même blessé. Sa photographie de Tarana, une fillette afghane en pleurs après cet attentat, obtient le Prix Pulitzer de la photographie d’actualité en 2012.
Le 15 août 2021, alors que les talibans investissent Kaboul, Massoud Hossaini embarque dans l’un des derniers vols réguliers pour fuir une mort certaine car devenu une cible prioritaire. Il est aujourd’hui réfugié au Pays-Bas.
Son compte Instagram est un modèle de journal quotidien tentant de surmonter l’horreur par la beauté des choses simples.
Œuvre de Massoud Hossaini
Massoud Hossaini

Le ciel des yeux de Reza

Reza
Reza
Photographe, en exil de son Iran natal depuis 1981, Reza témoigne depuis lors de son attachement pour l’Afghanistan. Il a sillonné plus de cent pays, photographiant les conflits et les catastrophes humaines. Ses témoignages sont diffusés dans les médias internationaux et sous la forme de livres, d'expositions, de documentaires. Plus qu’un photographe, Reza est engagé bénévolement dès 1983, mettant l’éducation visuelle informelle des jeunes et des femmes de sociétés civiles fragilisées au service d’un monde meilleur.
En 2001, il fonde en Afghanistan l’association Aina, qui forme les populations aux métiers de l’information et de la communication. Tout en poursuivant ses reportages, Reza propose des programmes de formation au langage de l’image (concrète et virtuelle) portées par son association Les Ateliers Reza. Les bénéficiaires de ses interventions sont les réfugiés, les jeunes des banlieues d’Europe et ceux issus de milieux précaires.
Depuis 40 ans, il partage sa vision à travers différentes installations dans l'espace public et des expositions en France et dans le monde. Auteur, avec Rachel Deghati, de 33 livres, il est primé de nombreuses fois au cours de sa carrière.
Œuvre de Reza
Reza

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations