Ouvrir la recherche
Actualité

Dialogues littéraires, un des 8 cycles de conférences des IAS

Mise à jour le 16/12/2021
Dans le cadre des Invitations aux Arts et aux Savoirs (IAS), Chantal Portillo. Romancière, nouvelliste, essayiste, propose Dialogues littéraires, un cycle de conférences autour de la littérature. Les IAS, ce sont 8 cycles de conférences organisées au Pavillon Carré de Baudouin par l’association Paris Culture 20.

Dialogues littéraires : infos pratiques

📅 Un mercredi par mois à 14h30
📍 Dans l’auditorium du Pavillon Carré de Baudouin, 121 Rue de Ménilmontant
🧍 Conférencière : Chantal Portillo, romancière, nouvelliste, essayiste, est aussi art-thérapeute, spécialisée dans la médiation culturelle et artistique au service de la relation. Elle anime, à Paris et en province, des ateliers de lecture, d’écriture, des rencontres littéraires, dialogues entre deux écrivains, et des rencontres sur la création qui interrogent ce grand élan qui meut les créateurs. Elle a obtenu le prix Bleu-citron pour son premier roman et Attention Talent Fnac pour le second. Vous pouvez lire les articles des rencontres sur son site.

Dialogues littéraires : de quoi parle-t-on ?

De quoi avons-nous besoin après les mois difficiles que nous avons vécus sinon d’air, de liberté et peut-être d’éclairer nos questions ? La littérature est tout cela : un grand souffle, une force avec les mots comme chemin, les pages comme une nouvelle terre pour rêver, pour réfléchir et construire ensemble avec les textes que nous offrent les auteurs. À goûter sans modération et avec volupté… Pour partager bien sûr !

Dialogues littéraires : programme 2022

Mercredi 5 janvier à 14h30 : dialogue avec Vincent Borel

Il hérite de son grand-père, républicain espagnol et mélomane, sa passion pour l’opéra. Étudiant en khâgne, puis en lettres à l’université d’Aix-en-Provence, il hante les coulisses du festival d’art lyrique et fait de la figuration dans plusieurs opéras. Il est critique musical.
Dans ce roman, c’est un somptueux portrait de l’illustre Camille Saint-Saëns, pianiste organiste et compositeur, renaissant à lui- même sous l’intense lumière de l’Atlantique, qu’il nous trace, avec tant d’élégance, pour le centenaire de sa mort.
Vertige de l’hélice, de Vincent Borel, éditions Sabine Wespieser

Mercredi 2 février à 14h30 : dialogue avec Fabienne Juhel

Élevée à la campagne bretonne, proche de la nature, elle est enseignante et construit une œuvre littéraire qui explore notre condition humaine dans une langue poétique singulière.
Dans ce roman qui questionne la figure du paria autant que l'oppression sexuelle subie par les femmes, elle suit successivement une jeune fille nubile, Elia, et un homme-hyène, Ladarius. Au Malawi, le « Kusasa fumbi » désigne une tradition suivant laquelle les vierges sont déflorées par des hommes que l'on appelle les hyènes.
Le Festin des hyènes, de Fabienne Juhel, éditions du Rouergue

Mercredi 2 mars à 14h30 : dialogue avec Claire Conruyt

Diplômée de l’École de journalisme de Sciences Po, elle est journaliste à la rédaction du Figaro Étudiant.
Dans ce premier roman limpide et poétique, qui renverse la structure du récit, elle nous fait entrer dans l’histoire d’une rencontre entre deux femmes, deux religieuses, deux générations. Et nous pose la question suivante : quelle place reste-t-il pour l’affection et pour l’humanité quand entrer dans les ordres exige de se défaire de soi-même et de s’abandonner à Dieu ?
« La consécration de ces femmes m’a bouleversée : il y a tant de beauté dans le don de soi.» confie-t-elle.
Mourir au Monde, de Claire Conruyt, éditions Plon

Mercredi 6 avril à 14h30 : dialogue avec Stéphane Padovani

Il vit en Bretagne, à Redon, il y enseigne le français et il nous rappelle comme Joël Vernet, le poète, que « La page est un chemin » et « qu’il faut qu'il y ait plus qu'une histoire à raconter ; une sorte de chant. S'il est déjà toujours perdu, on le réentend, on le réapprend. Quoi d'autre ? » Mais « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? ». C’est ce qu’il nous dit dans son texte, interrogeant sa génération, ses origines familiales et sociales, son rapport à l’écriture, à la littérature, évoquant les rencontres, les événements et les lieux traversés dont il reste souvent des éclats de vie dans les yeux, de joie et d’indignation dans la gorge, car tel est le lot des roturiers. Il le dit librement, à sa manière, si personnelle, à la croisée des genres : poésie, essai, journal.
Les roturiers, de Stéphane Padovani, éditions Au Pont 9

Mercredi 11 mai à 14h30 : dialogue avec Martine Mathieu-Job

Née à Blida, en Algérie, elle est professeure émérite à l’université Bordeaux Montaigne.
Dans ce texte, en native de la même terre, elle interroge avec une affectueuse complicité le lien d’Albert Camus à l’Algérie en s’intéressant surtout à deux périodes clés : son enfance, qui a nourri un rêve utopique brisé par l’histoire coloniale, et les années trente qui ont forgé son éducation esthétique et politique.
Sous le signe d’une Méditerranée lumineuse et tragique, le dialogue avec le « philosophe-artiste » aide plus que jamais à penser les questions toujours brûlantes du rapport à l’altérité, à la justice, à la haine et à la solidarité.
Mon Cher Albert, lettre à Camus, de Martine Mathieu-Job, éditions Elyzad

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations