Ouvrir la recherche
Actualité

Emploi : un plan de soutien en faveur des Parisiennes et des Parisiens

Mise à jour le 19/11/2020
Le plan « Paris boost emploi », présenté au Conseil de Paris de novembre 2020, vise à soutenir la recherche d’emploi pour les Parisiennes et les Parisiens. Découvrez les principales mesures.
Le plan en faveur de l’emploi et du développement économique s’accompagne d’un engagement financier d’un demi-milliard d’euros sur la mandature. Présenté au Conseil de Paris de novembre, il sera déployé dès la fin 2020 pour agir rapidement, en concertation avec le service public de l’emploi, l’État, la Région, Pôle Emploi et les acteurs associatifs.
Les principaux engagements de « Paris boost emploi »:
  • Permettre à chaque Parisienne et chaque Parisien en recherche d’emploi de bénéficier d’une formation professionnelle gratuite ;
  • Proposer à 45 000 jeunes une expérience professionnalisante au sein de la Ville et de ses satellites ;
  • Doubler le nombre de bénéficiaires des dispositifs d’insertion par l’activité économique ;
  • Expérimenter de nouveaux « territoires zéro chômeur de longue durée » ;
  • Mettre en place un observatoire de l’emploi et de l’économie parisienne pour analyser les tendances et anticiper les mutations afin d’adapter les politiques publiques.

50 000 formations professionnalisantes

Au total, plus de 50 000 Parisiennes et Parisiens pourront obtenir une formation professionnalisantependant cette nouvelle mandature. Pour préparer l’avenir et permettre à chacune et chacun de faire face aux aléas de la vie professionnelle, Paris encourage la formation tout au long de la vie pour renforcer les savoirs, développer les capacités professionnelles et garantir à toutes et tous un socle minimal de compétences.La Ville se fixe comme objectif de permettre aux demandeuses et demandeurs d’emploi qui le souhaitent de bénéficier d’une formation professionnalisante via les différents dispositifs élaborés et financés dans le cadre d’un partenariat renforcé avec Pôle Emploi. L’ambition de la Ville de Paris : actionner tous les leviers possibles pour garantir une égalité professionnelle réelle.Actuellement, près de 3 500 Parisiennes et Parisiens sont formés chaque année grâce à des financements de la Ville sur les métiers du numérique, de la re-fabrication, de la transition écologique, les futurs métiers liés aux Jeux olympiques et paralympiques et la formation au français.

Former aux métiers de demain

Pour former aux métiers de demain, la Ville de Paris renforcera notamment les dispositifs« Paris Code » et « Paris Fabrik », respectivement dédiés aux métiers du numérique et à ceux de la fabrication. Elle diversifiera cette offre de formation en direction de deux nouveaux secteurs d’activité de proximité : l’un consacré à la formation des métiers des services à la personne (un secteur que la crise sanitaire a particulièrement mis en avant), l’autre aux métiers de l’agriculture durable pour accompagner le développement d’une agriculture nourricière et diversifiée qui respecte le vivant. Un moyen aussi d'anticiper le départ à la retraite d’agricultrices et agriculteurs franciliens au cours de la prochaine décennie et garantir l’approvisionnement de Paris en alimentation biologique, durable et locale.Les Cours municipaux d’adultes seront mobilisés pour garantir un meilleur accès à l’emploi pour toutes et tous. Afin de mieux valoriser les parcours et les modules qualifiants, il nous faut repenser les formations proposées : les Parisiennes et Parisiens doivent pouvoir saisir cette opportunité pour compléter leurs parcours professionnel, en lien avec les mutations de l’économie grâce à un travail sur la lisibilité, la visibilité et le contenu pédagogique et qualifiant des CMA

Renforcer l’accompagnement des personnes les plus éloignées de l’emploi

Les publics les plus éloignés de l’emploi sont la priorité des actions de la collectivité.
La Ville se fixe notamment l’objectif « zéro décrocheurs », c’est-à-dire qu’aucun jeune ne doit se retrouver sans étude, ni formation ni emploi ni accompagnement. La Ville finance actuellement l’accompagnement de 4 000 Parisiennes et Parisiens éloignés de l’emploi grâce à 50 structures.
Un effort budgétaire supplémentaire dans ce domaine permettra de soutenir le tissu associatif et de renforcer l’accompagnement individualisé du public le plus éloigné de l’emploi. Paris soutiendra dans ce cadre les associations agissant dans les quartiers populaires via l’appel à projets « Politique de la ville » et la reconduction de l’appel à projets « Actions quartiers populaires » qui permet un accompagnement à la création d’activité. La Ville renforcera son soutien financier aux grandes structures avec lesquelles elle signe des conventions pluriannuelles d’objectifs : la Mission Locale de Paris (accédez à la mission locale du 20e), l’Ensemble Paris Emploi Compétences (EPEC) et l’École de la 2ème Chance. Dans cette perspective, la Ville accompagnera le programme « Accélérateur de l’emploi » de la Mission Locale de Paris notamment pour les jeunes diplômées et diplômés, les décrocheuses et décrocheurs universitaires, les personnes réfugiées, ainsi que les jeunes femmes des quartiers populaires.L’École de la deuxième chance portera pour sa part un projet de développement visant à augmenter sa capacité d’accueil. La Ville, qui soutient activement cette structure formant des jeunes de moins de 25 ans sans aucun diplôme ni qualification, accompagnera cette dynamique pour permettre le doublement du nombre de stagiaires formés dès l’année prochaine.Enfin, l’Ensemble Paris Emploi Compétences (EPEC) sera quant à lui mobilisé pour construire de nouveaux parcours d’insertion professionnelle sur mesure à destination des décrocheuses et décrocheurs en recherche d’un nouveau départ, en lien avec les filières métiers de la Ville de Paris. Deux actions seront, à ce titre, structurantes pour l’insertion des personnes éloignées de l’emploi : le développement des clauses dans les marchés publics et privés et le déploiement d’une plateforme de ressources humaines dans le domaine des services à la personne et métiers du domicile.

Renforcer le rôle d’employeur responsable et inclusif de la Ville de Paris

Avec plus de 150 opérations de recrutement annuelles et plus de 2 500 postes offerts au recrutement collectif, la Ville de Paris est un acteur essentiel de l’emploi en Ile-de-France.La crise sanitaire a d’ailleurs mis en exergue le rôle moteur des grands services publics parisiens : soutien aux personnes âgées, accueil des enfants, dépendance, propreté, secours, logistique, etc.La Ville de Paris est aussi un employeur responsable et inclusif. Grâce à la palette des dispositifs de recrutement qu’elle met en œuvre (recrutements sans concours, Parcours d’accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière et d’Etat…), elle propose une perspective professionnelle aux personnes peu ou faiblement diplômées, aux demandeuses et demandeurs d’emploi en fin de droits et aux jeunes.
Paris mène aussi une politique active pour recruter et accompagner les travailleuses et travailleurs en situation de handicap ou en reconversion professionnelle. Pour créer de nouvelles opportunités d’emploi, la Ville de Paris favorise l’emploi des jeunes en contrat d’apprentissage (près de 600 jeunes recrutés en 2019 et 2020) et en contrat aidé (environ 200 recrutements en parcours emplois compétences chaque année) dans une logique d’insertion professionnelle durable.

Recrutement de 5000 apprentis

Ce plan prévoit ainsi le recrutement de 5 000 apprenties et apprentis pendant cette mandature au sein de la Ville, de ses satellites et de grands partenaires, avec une priorité donnée aux jeunes les moins qualifiés. Cette montée en puissance du recours à l’apprentissage s’accompagnera d’une campagne de sensibilisation au plus tôt, en sortie de classe de 3ème.Son objectif : permettre aux jeunes Parisiennes et Parisiens d’appréhender l’apprentissage comme une voie de formation privilégiée pour une insertion future dans le monde du travail. L’accueil des stagiaires sera également encouragé et fortement renforcé, au moment où celui-ci va drastiquement se réduire dans le secteur privé. Actuellement la Ville de Paris accueille près de 5 000 stagiaires par an dans ses différents services. Les directions auront la possibilité d’en accueillir davantage, notamment issus des quartiers « politique de la ville » et orientés par la Mission Locale de Paris et l’École de la 2ème Chance. L’objectif est d’accueillir 40 000 stagiaires sur cette mandature.

6 % des apprentis et des stagiaires en situation de handicap à la Ville

Pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes des quartiers populaires à l’échelle métropolitaine, la Ville et ses satellites initieront, dès 2021, des partenariats avec les universités et les écoles de l’enseignement professionnel pour faciliter les débouchés pour leurs étudiantes et étudiants au sein des services de la Ville (stages, apprentissages, recrutements). Un objectif de 6 % d’apprentis et de stagiaires en situation de handicap parmi les jeunes recrutés par la Ville sera fixé.Dans le prolongement de l’obtention, en 2019, du double label AFNOR (diversité et égalité), la Ville de Paris poursuivra la déclinaison de sa politique du handicap dans son plan « Paris, employeur inclusif ». Cette politique s’inscrit en parfaite cohérence avec le projet de nouvelle convention avec le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP).La majorité des actions en cours articulées autour de trois objectifs principaux devrait être reconduite :
  • Former, sensibiliser et accompagner les agentes et agents sur les enjeux liés au handicap ;
  • Optimiser les procédures RH pour les agentes et agents bénéficiaires de l’obligation d’emploi des personnes en situation de handicap ;
  • Améliorer le suivi et l'accompagnement des agentes et agents en situation de handicap.
Enfin, la Ville, en tant qu'employeur, va créer un dispositif de mentorat pour créer du lien entre les agents publics volontaires et les jeunes diplômés issus des classes sociales les moins favorisées. Le but : les accompagner dans leur préparation aux concours administratifs.

Développer les débouchés vers l’emploi durable pour amortir les effets de la crise

La Ville prend l’engagement de soutenir les expérimentations sociales et solidaires favorables à l’insertion par l’activité. Tout sera fait pour que Paris puisse accueillir les nouvelles expérimentations « Territoires zéro chômeur de longue durée ».Depuis 4 ans, Paris fait partie des 10 collectivités habilitées à conduire l’expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée. Ce dispositif est déployé dans le sud-est du 13e arrondissement au profit des habitantes et habitants en recherche d’emploi depuis plus d’un an dans les quartiers prioritaires Bédier-Boutroux et Oudiné-Chevaleret.Depuis le démarrage, 70 personnes ont été recrutées en CDI. L’insertion par l’activité économique sera également renforcée. La Ville de Paris garantira une montée en puissance du dispositif en se fixant pour objectif de doubler le nombre de personnes accompagnées, soit 5 000 personnes supplémentaires.Quant audispositif « Premières Heures », il sera étendu à de nouveaux et nouvelles bénéficiaires et notamment en direction des personnes réfugiées. Alors qu’ils représentaient 10 % des salariées et salariés en insertion en 2018, leur part a atteint 13 % en 2019 et 25 % pour les seuls chantiers d’insertion.

Développer les structures de proximité

Enfin, en lien avec la réforme de l’action sociale de la Ville, le renforcement de ces missions d’accompagnement se traduira par le développement du maillage des structures de proximité chargées de l’information et de l’orientation des demandeuses et demandeurs d’emploi. Objectif : les rapprocher des citoyens.Paris compte9 « Points Paris Emploi ». Ils permettent de fournir aux Parisiennes et Parisiens une information précise et une orientation vers des dispositifs adaptés. 20 000 Parisiennes et Parisiens les ont fréquentés en 2019.

Soutenir l’activité économique pour stimuler la création d’emplois

La Ville de Paris a pris des engagements forts dès mai 2020 pour soutenir les acteurs économiques très durement touchés par la crise. Pour maintenir la diversité et la richesse du tissu économique, appuyer la reprise d’activité et de limiter les effets de la crise, la Ville de Paris a adopté un plan global et ambitieux de relance. Ce plan de près de 200 millions d’euros contribue à soutenir l’activité économique et donc l’emploi sur le territoire parisien.Ces mesures exceptionnelles se déclinent ainsi :
  • Exonération pour 6 mois des loyers des commerces ayant fait l’objet d’une fermeture administrative et hébergés par des bailleurs sociaux. Pour les autres acteurs : exonération pouvant aller jusqu’à 6 mois selon l’impact de la crise sur leur chiffre d’affaires.
  • Exonération pour 6 mois de la redevance spéciale pour les déchets non ménagers, qui concerne notamment tous les commerçants et artisans.
  • Création d’un appel à projets « Relancer mon entreprise autrement » en vue d’attribuer des aides à l’équipement pour les commerces, les artisans, les entreprises culturelles et les jeunes entreprises innovantes.
  • Mise en place du Fonds de résilience Île-de-France doté de 100 millions d’euros avec la Région Île-de-France, la Banque des Territoires et 70 collectivités territoriales franciliennes.
  • Exonération pour 6 mois des droits de voirie, terrasses et étalages, échafaudages et palissades, des redevances des commerçants des marchés alimentaires, des puces et des commerces ambulants, ainsi que des redevances de stationnement des taxis.
  • Création de fonds spécifiques de soutien aux associations, au monde de la culture, aux acteurs du tourisme, aux structures de l’économie sociale et solidaire.
En accompagnement de ce plan et compte tenu de l’obligation de respecter les gestes barrières dans les bars et restaurants, la Ville a décidé de permettre aux commerçants d’utiliser des emplacements supplémentaires dans l’espace public.Au vu de la poursuite de la crise sanitaire et de l’effondrement du tourisme, ce dispositif gratuit des terrasses éphémères est prolongé jusqu’au 30 juin 2021, en contrepartie d’un renforcement des engagements des commerces en matière de respect des cheminements piétons, de maintien de la propreté des installations et alentours, de respect d’horaires de fermeture des terrasses et de limitation des nuisances sonores pour les riverain.es.

Soutien aux commerçants

La Ville prévoit, si les conditions sanitaires le permettent, un programme pour inviter les Parisien.nes à faire leurs achats de fin d’année à Paris et dans les meilleures conditions. Pour attirer des visiteurs et soutenir l’activité des commerces parisiens, la Ville de Paris va accompagner des événements et animations pour les fêtes de fin d’année sur l’ensemble de son territoire.Par ailleurs, la Ville va apporter un soutien supplémentaire en direction des associations de commerçants pour la mise en place d’illuminations de Noël dans les quartiers parisiens. Ces subventions vont permettre d’accroître l’animation et l’activité des commerces parisiens.En outre, la Ville participera aux illuminations des quartiers populaires. Dans le cadre de la mise en oeuvre de son plan de soutien aux acteurs du tourisme, la Ville va, avec l’appui de l’Office de Tourisme et des Congrès de Paris, porter des actions complémentaires afin d’accompagner ce secteur dans les prochains mois.Un nouveau plan sera mis en oeuvre autour de trois axes : structurer, en lien avec les mairies d’arrondissements, des offres alternatives et locales pour mieux diffuser les retombées économiques sur le territoire ; enclencher la transition vers un tourisme plus durable ; accompagner les filières les plus ébranlées par la crise.

Création d'un fonds de soutien pérenne

Dans la continuité de ces mesures, la Ville se dotera d’un fonds de soutien pérenne pour mieux répondre aux aléas conjoncturels. Celui-ci donnera accès à des prêts venant compenser les tensions de trésorerie des professionnelles et professionnels parisien.nes. Il sera mis en oeuvre avec Paris Initiative Entreprise (PIE), structure avec laquelle nous soutenons également la création d’entreprises, notamment pour aider des entrepreneuses et entrepreneurs ne disposant pas de fonds propres importants par l’octroi de prêts d’honneur et de garanties bancaires.

Guichet unique de soutien aux entreprises

Pour aider les entrepreneuses et entrepreneurs à trouver les solutions d'accompagnement et de financement les mieux adaptées, la Ville met en place, avec l’appui de PIE, un espace de recherche et d'orientation et un guichet numérique de soutien aux entreprises. Cetteplateforme « Pousses.paris »suggère des solutions d'accompagnement mais aussi des ressources documentaires, des événements et appels à projets. En sensibilisant à une économie à impact social et environnemental, cette plateforme contribue à la transition de l’économie traditionnelle parisienne vers une économie résiliente, sociale et solidaire. Ce soutien à l’activité économique sera poursuivi dans les prochains mois par le lancement du nouveau Plan d’Investissement de la mandature, au service des Parisien.nes, pour stimuler l’activité économique. Les achats publics représentent un débouché économique fondamental pour les entreprises parisiennes.

Renforcer la commande publique responsable

La Ville de Paris renforcera donc son schéma de commande publique responsable, avec des objectifs ambitieux en matière de clauses d’insertion, pour stimuler l’emploi local. Aujourd’hui, 80 % des fournisseurs de la Ville de Paris sont des TPE/PME contre 67 % en 2015.La Ville facilite déjà l’accès des TPE/PME et structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) aux marchés publics en privilégiant l’allotissement (division d’un marché public en lots), en simplifiant les modalités de réponse aux consultations, en encourageant les groupements d’entreprises et en réduisant les délais de paiement. Afin de mettre en place un « Small business act » parisien, la Ville portera auprès des instances européennes et nationales l’idée d’une réforme du droit de la commande publique pour en faciliter l’accès aux PME/TPE et renforcer la prise en compte de l’impact environnemental.

Renforcer la gouvernance locale de la politique d’emploi

La Ville a initié, dès 2014, une démarche de concertation avec les entreprises parisiennes. Son nom : « l’Initiative emploi ».Au-delà du club des entreprises, réunissant notamment les signataires des pactes parisiens pour l’emploi et les acteurs mobilisés dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, la Ville continuera de jouer un rôle dans l’animation du dialogue social territorial : elle associera les entreprises, partenaires sociaux, associations d’utilité sociale, État, Région, Pôle emploi, afin d’adapter en permanence les réponses aux besoins et aux situations de crise.Une convention-cadre permettra de mieux organiser le travail conjoint mené avec les chambres consulaires, partenaires indispensables dans le soutien aux activités économiques parisiennes et à l’emploi. Des comités stratégiques de soutien à l’emploi seront mis en place sous forme d’ateliers de travail réunissant les représentants et acteurs de chaque filière professionnelle (représentants des entreprises et des salariées et salariés, associations et organismes de formation) et présidés par l’adjointe chargée des Entreprises, de l’emploi et du développement économique et par les adjointes et adjoints concerné.es.Les mairies d’arrondissements pourront décliner ces comités localement pour s’assurer de la bonne application des dispositifs sur leur territoire. Réunis à échéance régulière, ces comités stratégiques se verront assigner quatre objectifs pour chaque filière gravement affectée par la crise :
  • Faire remonter les difficultés d’accès aux dispositifs de soutien économique et à l’emploi mis en œuvre par l’État et par la Région, la Ville pouvant être l’intermédiaire auprès de ces acteurs
  • Contribuer à l’évaluation des actions de la Ville en matière de soutien aux acteurs économiques et à l’emploi en identifiant les difficultés rencontrées et les pistes d’amélioration
  • Proposer des dispositifs novateurs d’accompagnement permettant d’accroître l’efficacité de l’action publique
  • Faire connaître aux acteurs de ces secteurs en difficulté les mesures existantes pour l’accompagnement et la formation professionnelle de leurs salarié.es et indépendant.es afin de favoriser l’accès à des dispositifs de reconversion professionnelle en direction des métiers en tension.
Enfin, pour répondre aux nombreux enjeux suscités par la crise, un nouveau lieu dédié aux entreprises et aux demandeuses et demandeurs d’emploi sera créé.Il accueillera notamment un observatoire d’analyse du tissu économique parisien et de la situation de l’emploi. Piloté en lien avec l’APUR, Pôle Emploi, la CCI, la CMA, l’INSEE, l’APEC ou encore la Direccte, il aura pour objectif d’identifier les mutations de notre économie et de devenir le lieu de réflexion et de recherche parisien sur l’emploi et le développement économique.Il travaillera notamment à préparer et identifier au mieux les aides nécessaires pour les secteurs les plus affectés par les épisodes de confinement. Ce laboratoire permettra également de mieux coordonner nos actions avec les différents acteurs et opérateurs publics.