Ouvrir la recherche
Actualité

Les arbres à Paris et dans le 20e : leur gestion et les motifs d’abattages

Mise à jour le 02/04/2021
Les arbres du 20e et de la capitale en général nécessitent un suivi particulier des services de la ville. Certains, malades voire dangereux pour les habitantes et les habitants, peuvent nécessiter un abattage. Des arbres issus des pépinières de la Ville de Paris viennent systématiquement les remplacer.
Les abattages de 2021
La situation sanitaire a retardé l’abattage d’une partie de ces arbres à cause des mesures liées au confinement, entrainant donc un plus grand nombre d’action en 2021.

Pourquoi un arbre est-il abattu ?

Un arbre n’est jamais abattu sans raison : les causes peuvent être liées au réchauffement climatique, à des maladies, à des événements météorologiques, à un manque de lumière et d’autres raisons qui peuvent entrainer des risques de chute d’arbre entier ou de morceaux de bois représentant un risque pour les personnes et les structures.
Des arbres issus des pépinières de la Ville de Paris sont systématiquement replantés en lieu et place d’un arbre abattu.

Prévenir les incidents liés aux arbres par la surveillance

Tous les arbres sont contrôlés annuellement par les experts sylvicoles de la ville de Paris. En complément, environ 20% des arbres font l’objet d’un diagnostic phytosanitaire complet chaque année (évaluation de l’état physiologique, du pourcentage de bois sain, des défauts des racines, collet, tronc et houppier, des pathogènes).
De ces tournées de surveillance découlent les abattages phytosanitaires et la programmation des travaux d’entretien.

Les motifs conduisant à l’abattage d’arbres :

  1. L’arbre est fortement dégradé en partie aérienne par des agents pathogènes lignivores. Il contient un foyer de pourriture et/ou des cavités dans le bois. Cela peut entrainer un risque élevé de rupture de tout ou d’une partie du houppier (charpentières, branches), par délitement continu.
  2. L’ancrage ou le système racinaire de l’arbre est fortement dégradé par l’attaque d’agents pathogènes lignivores responsables de pourriture du bois, ce qui peut entrainer sa chute intégrale.
  3. Le jeune arbre dépérit ou meurt sans reprise de vigueur après plantation.
  4. Les racines, le houppier ou le tronc de l’arbre présentent des défauts structurels propres, ce qui peut entraîner sa chute.
  5. L’arbre est déstabilisé ou déraciné par section des racines d’ancrage ou dégradation de son sol (tranchées, excavations, déblais, terrassement…), ce qui peut entraîner sa chute intégrale.
  6. L’arbre est déraciné ou déstabilisé par un épisode météorologique exceptionnel ou prolongé (vent, pluies, tempête, foudre, crue), ce qui peut entraîner sa chute intégrale.
  7. L’arbre est détruit ou est entré en déclin irréversible pour des causes autres que pathogènes ou climatiques (chocs, feu, pollution du pied d'arbre, sels, vandalisme, piétinement ou roulage du pied d'arbre), ce qui peut entrainer sa chute.
  8. L’arbre dépérit par manque de lumière, ce qui peut entrainer sa chute.
  9. L’arbre est en déclin physiologique irréversible, ce qui peut entrainer un arrêt de ses fonctions vitales. Ce déclin peut avoir des causes complexes, liées au sol ou au climat local et peut entraîner la chute constante et imprévisible de bois morts.
  10. Le développement de l’arbre peut entrainer des désordres aux structures (trottoirs, sépultures…).
  11. L’arbre possède un foyer d’agents pathogènes nuisibles pour l’homme.
Les motifs les plus récurrents sont les n°1, 2 et 9.

Les chiffres d’abattages dans le 20e ces dernières années

En 2021, ce sont 42 arbres le long des rues et 106 situés dans des jardins de l'arrondissement qui seront remplacés par des arbres en pleine santé. Les plantations s'effectuent de novembre à mars.
Tournée de surveillance Nombre d’abattages (arbres de rues) Pourcentage (arbres de rues) Nombre d’abattages (arbres des jardins) Pourcentage (arbres des jardins)
2020 42
(reporté à 2021)
0,76% 106*
(reporté à 2021)
2,5%*
2019 55 0,99%
2018 44 0,80% 58 1,4%
2017 87 1,60% 72 1,7%
2016 43 0,78% 55 1,3%
2015 85 1,50% 50 1,2%
Tournée de surveillance
2020
Nombre d’abattages (arbres de rues)
42
(reporté à 2021)
Pourcentage (arbres de rues)
0,76%
Nombre d’abattages (arbres des jardins)
106*
(reporté à 2021)
Pourcentage (arbres des jardins)
2,5%*
2019
Nombre d’abattages (arbres de rues)
55
Pourcentage (arbres de rues)
0,99%
Nombre d’abattages (arbres des jardins)
Pourcentage (arbres des jardins)
2018
Nombre d’abattages (arbres de rues)
44
Pourcentage (arbres de rues)
0,80%
Nombre d’abattages (arbres des jardins)
58
Pourcentage (arbres des jardins)
1,4%
2017
Nombre d’abattages (arbres de rues)
87
Pourcentage (arbres de rues)
1,60%
Nombre d’abattages (arbres des jardins)
72
Pourcentage (arbres des jardins)
1,7%
2016
Nombre d’abattages (arbres de rues)
43
Pourcentage (arbres de rues)
0,78%
Nombre d’abattages (arbres des jardins)
55
Pourcentage (arbres des jardins)
1,3%
2015
Nombre d’abattages (arbres de rues)
85
Pourcentage (arbres de rues)
1,50%
Nombre d’abattages (arbres des jardins)
50
Pourcentage (arbres des jardins)
1,2%
*La situation sanitaire a retardé l’abattage d’une partie de ces arbres à cause des mesures liées au confinement, entrainant donc l’abattage d’un certain nombre d’arbres en 2021.
Que devient l’arbre une fois abattu ?
L’arbre abattu sera recyclé en broyat, utilisé comme paillage dans les espaces verts, les cheminements des bois et les composteurs. Si son bois est suffisamment sain, il pourra être utilisé dans la confection du mobilier urbain.

Les agents de la ville au service des arbres de la capitale

Combien d’arbres à Paris et dans le 20e ?

Paris compte plus de 200 000 arbres situés dans les rues, les espaces verts et les équipements municipaux.
Sans compter les nombreux arbres du Père Lachaise, on dénombre 9700 arbres dans les parcs et le long des rues du 20e :
  • 5 531 arbres le long des rues dans le 20e
  • 4 252 arbres dans les jardins du 20e
Le Service de l’Arbre et des Bois
La ville de Paris a son Service de l’Arbre et des Bois qui dépend de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement. Ce service a pour missions de préserver et développer le patrimoine arboré, tout en veillant à la sécurité des biens et des personnes par la surveillance et les travaux d’entretien des arbres. Il compte, pour Paris intramuros :
- 160 bûcherons-élagueurs environ (dont 14 dédiés au 20e)
- 25 encadrants dotés d’une expertise sylvicole
- des personnels administratifs et techniques

Les essences plantées à Paris

Les agents de la Direction des espaces verts et de l'environnement (DEVE) de la ville de Paris choisissent avec vigilance les essences plantées afin d'assurer une plus grandes diversité d'espèces, qui soient résilientes et plus favorables à l'accueil de la biodiversité. Par ailleurs, ils proposent des réaménagements paysagers qui offrent un meilleur équilibre entre les espèces végétales (arbres et arbustes) dans un objectif d'amélioration de la biodiversité.
35% de platanes, 15% de marronniers, 10% de tilleuls, 9% de Sophora, 5% d'érables et 26% d'autres essences
Mairie de Paris
11% de tilleuls, 9% d'érables, 7% de pins, 7% de marronniers, 5% de platanes et 61% d'autres essences
Mairie de Paris

Comment sont cultivés les arbres plantés par la Ville de Paris ?

Les arbres sont cultivés en pépinière en moyenne 8 à 10 ans avant d’être plantés en ville. En amont, une fosse d’environ 12m3 remplie de terre végétale doit être réalisée pour chaque plantation afin de permettre le développement du système racinaire et l’alimentation en eau et en éléments nutritifs nécessaires à la croissance de l’arbre.
Chaque année, les plantations sont effectuées de novembre à mars et sont arrosées régulièrement pendant les 3 premières années.