Ville de Paris

Actualité

Il était une fois le 20e… Le collège et lycée Hélène Boucher

Mise à jour le 02/02/2022
Le collège et lycée Hélène Boucher est un gigantesque vaisseau du savoir qui fut initialement construit comme lycée pour filles. Comme souvent durant cette période, de nombreux artistes, notamment Raymond Subes et Louis Barillet, participèrent à la décoration de l’édifice.

Construit sur l'emplacement d'une usine à gaz

Les terrains situés entre le 75 et le 83 du cours de Vincennes étaient jadis occupés par un gazomètre. Désaffecté depuis un certain temps, il va être remplacé par le collège et lycée Hélène Boucher, l’église Saint-Gabriel, le square Sarah-Bernhardt et divers autres bâtiments dans un quartier alors en pleine mutation.
Le cours de Vincennes avec l'usine à gaz dans le fond, futur emplacement du collège Hélène Boucher
Musée Carnavalet
Un gazomètre ?
Un gazomètre est un réservoir qui sert à contenir le gaz de ville, utilisé notamment pour l'éclairage public.
Ceux que l'on voit sur la photo, avec leur structure métallique à base ronde, sont des gazomètres à colonnes ou gazomètre télescopique. Le gaz est conservé sous une cloche, dont la hauteur varie en fonction de la quantité de gaz emmagasinée. La structure en métal caractéristique est en fait la charpente de guidage extérieure dans laquelle coulisse la cloche du gazomètre.
Jusqu’à la construction du boulevard périphérique, il existait un assez grand nombre de gazomètres tout autour de la capitale.

Un vaste terrain mis à disposition

Le collège et lycée occupent tout un pâté de maison délimité par la rue des Pyrénées, la rue des Maraîchers, le cours de Vincennes et la rue de Lagny. Le projet est confié à l’architecte Lucien Sallez (1868-1963) qui dispose d’un vaste terrain de 8 500 m². Ces dimensions ont permis d’envisager une cour centrale spacieuse d’environ 4 000 m². Le bâtiment de 5 étages sur 3 de ses côtés ne possède qu’un seul étage côté sud, afin de mieux laisser pénétrer la lumière dans la cour.
Hélène Boucher, pionnière de l'aviation
Hélène Boucher, née le 23 mai 1908 à Paris (14e arrondissement) et morte le 30 novembre 1934 à Guyancourt, est une aviatrice française.
Le 30 novembre 1934, à 26 ans, Hélène Boucher se tue lors d'un vol d'entraînement.
Au cours de sa trop courte vie, elle aura battu de nombreux records de vitesse.
Suite à son décès, un hommage national lui est rendu à la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides à Paris où son cercueil est exposé pendant 2 jours. Elle est la première femme à recevoir un tel honneur.

Un béton rose fait de marbre et de porphyre

Les difficultés économiques de ces années-là poussent à l’économie. Le bâtiment est en ciment armé, avec un revêtement constitué de fragments de marbre et de porphyre concassés donnant aux façades une teinte légèrement rosée. L’importance des surfaces vitrées permet là aussi de diminuer les coûts.

Des ornements par des artistes majeurs du mouvement Art Déco

Plusieurs artistes de l’Union des Artistes Modernes ont participé à la décoration de l’édifice, notamment Raymond Subes pour les ferronneries, le maître verrier Louis Barillet pour les vitraux, et plusieurs peintures murales de Pierre-Eugène Clairin ou bien Frédéric Deshayes. L’établissement ouvre partiellement ses portes en 1937.
Les artistes qui ont décoré le collège Hélène Boucher
Raymon Subes est un des ferronniers les plus célèbres du mouvement Art Déco. Il a réalisé entre autres les balustrades de plusieurs paquebots dont le Normandie, de celles du siège parisien de la Banque de France, du Palais de Tokyo, de plusieurs palaces parisien dont le Lutetia et le George V.

Louis Barillet est le maître verrier de mouvement Art Déco. Très connu pour son travail avec l'architecte Robert Mallet-Stevens, en plus de son travail pour un grand nombre d'église, il a par exemple réalisé la verrière du salon rose de la villa Noailles à Hyères ou les vitraux de sa maison-atelier dans le 15e.

Pierre-Eugène Clairin est un peintre proche de Paul Sérusier, ou Édouard Vuillard. Influencé par les Nabis, un mouvement artistique postimpressionniste, on retrouve ses œuvres dans plusieurs grands musées du monde tel que le Centre Pompidou ou le Victoria & Albert Museum à Londres.

Frédéric Deshayes est un artiste-peintre du début du 20e siècle connu pour ses paysages. Il est exposé dans de nombreux musées du monde, tel le musée du Luxembourg à Paris, le Musée des beaux-arts de Boston ou le Museum of Modern Art à New York.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations