Actualité

Il était une fois le 20e… La place Fréhel, une galerie d’art à ciel ouvert

Mise à jour le 30/01/2024
Place Fréhel
À l’intersection de la rue Julien-Lacroix et de la rue de Belleville, se dresse la place Fréhel. Baptisée ainsi en l’honneur de Marguerite Boulc’h surnommé Fréhel, la place Fréhel compte de nombreuses œuvres d'art.
Il était une fois le 20e
Découvrez la richesse patrimoniale du 20e au travers un ensemble d'articles sur le sujet. L’occasion de mieux connaître l’arrondissement et son histoire.
Il était une fois le 20e… Le patrimoine et l'histoire du 20e arrondissement

Qui était Fréhel

Fréhel par le Studio Harcourt en 1941
Fréhel par le Studio Harcourt en 1941
Crédit photo : mairie du 20e
Fréhel était une chanteuse et actrice française populaire de l’entre-deux-guerres. Elle est la première femme en France à graver un disque en 78 tours pour la chanson C’est une gosse. Durant l’entre-deux-guerres, elle entame une carrière d’actrice notamment dans le film Pépé le Moko de Julien Duvivier, sorti en 1937.

Une galerie d’art à ciel ouvert

Aujourd’hui, la place Fréhel est surtout connue pour son street art où différents artistes se côtoient. On y trouve de nombreuses œuvres, ce qui participe à rendre la place vivante. Pour les admirer, vous pouvez les surplomber depuis la rue de Belleville ou les contempler tout en sirotant un verre sur la terrasse du cabaret rapide au centre de la place.

Il faut se méfier des mots, de Ben

Il faut se méfier des mots de l’artiste Ben, de son vrai nom Benjamin Vautier, est une des œuvres de la place Fréhel qui attire le plus l’œil. Située sur le mur d’un des deux immeubles qui bordent la place, elle se compose d’un grand tableau noir où on peut lire « Il faut se méfier des mots ». L’œuvre s’accompagne de 2 ouvriers en bleu de travail, un dans une nacelle et l’autre assis sur le bord du mur.

Rendez-vous à l'angle des rues de Belleville et Julien Lacroix, de Jean Le Gac

Créée en 1986, cette fresque représente un détective en chasse. En témoigne la légende de l'œuvre, écrite par l'artiste : « Habitué au style allusif du peintre, le jeune détective comprit que le message lui indiquait de continuer la poursuite par la rue Julien Lacroix. »
Régulièrement restauré, le détective pause son œil inquisiteur sur la place depuis presque 40 ans.

Le cône lumineux de Marie Bourget

Il s'agit du cône blanc installé au coin de la place. Il déverse un faisceau de lumière imaginaire. Marie Bourget est une sculptrice française.

Un carré pour un square de Jean-Max Albert

Un carré pour un square prend la forme d’un carré vu en perspective. Tracé sur les murs, il s’inscrit sur le site de la place Fréhel selon un procédé d'anamorphose. Il est aujourd'hui difficile à deviner du fait de la végétation.

Un lieu qui n'aurait pas dû voir le jour

Aujourd’hui bien ancrée dans la vie du quartier cette place n’aurait cependant jamais dû voir le jour. En effet, elle est le résultat de la destruction involontaire des immeubles qui s’y trouvait lors de la construction du tunnel de la ligne 11.

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations